Rechercher

Sophrologie, yoga et douleur chronique

Le yoga m'a mené à la sophrologie et c'est aujourd'hui la sophrologie qui me ramène toujours vers mon tapis de yoga.


C'est en prenant conscience de l'effet thérapeutique du souffle en pratiquant le yoga, notamment sur mon anxiété et par répercussion sur mes douleurs corporelles, que j'ai voulu approfondir mes connaissances au sujet de la relation corps-esprit.

Aujourd'hui sophrologue, dans ma pratique personnelle de yoga, je rentre sur mon tapis en état sophronique (état de conscience dans lequel on entre en sophrologie). Je n'ouvre presque pas les yeux. La sophrologie m'aide à m'installer dans mes postures avec une conscience très subtile de mes ressentis, à trouver le confort dans l'inconfort, à me déposer entièrement là, posture juste du corps et posture juste de l'esprit s'incarnant de pair.

J'apprécie particulièrement le Yin yoga qui, grâce aux postures de longues durées, approfondi la vivance du moment présent.

Le yoga comme la sophrologie me permettent de diriger mon souffle en moi et d'habiter mon corps de l'énergie que je place dans ce souffle. Et quand je dirige ce souffle vers les parties douloureuses de mon corps, je parviens à neutraliser la douleur et même me faire du bien. Il y aurait tant à dire...

Pour des pathologies comme l'endométriose, que je connais bien et que j'accompagne particulièrement, je recommande l'alliance de ces deux pratiques formidables.