Rechercher

Influences de la sophrologie : Yoga, bouddhisme tibétain et zen japonais

Sophrologue amoureuse des voyages et de l'Orient, je tenais à vous parler ici des inspirations venues d'Asie du Dr Alfonso Caycedo, créateur de la sophrologie, dans la création de sa méthode.

Je précise que la sophrologie respecte profondément les croyances et les pratiques millénaires de l'Orient, ce qui ne signifie pas qu'elle adhère à ses croyances. La sophrologie est une science apolitique et non confessionnelle.


"Pourquoi ici ne connaissons-nous pas les philosophes orientaux ?" ( nous sommes alors dans les années 60 ! )⁠ Voilà ce que demande le Dr Caycedo à Ludwig Biswanger, psychiatre fondateur de la "Daseinanalyse" ( l'analyse dans l'ici et le maintenant ) auprès de qui il étudie alors la phénoménologie en Suisse.⁠


Ce qu'il lui répond allait être déterminant pour l'orientation de la sophrologie :

"Si j'avais votre âge, muni du flambeau de la phénoménologie, j'irai là-bas, car eux savent. Ils connaissent la conscience mieux que nous, psychiatres occidentaux. Ils connaissent la conscience pure. Là-bas, ils pratiquent dans l'ici et maintenant des techniques comme il y a des milliers d'années."

C'est ainsi qu'Alfonso Caycedo partit vivre en Inde avec sa famille pour étudier la conscience...⁠


"Mon but était de connaître les différents types de yoga qui existaient en Inde afin de trouver un remède efficace, une méthode qui pourrait aider les malades mentaux. Nous savions que les maîtres du yoga atteignaient des états de conscience alors inconnus en Occident et pouvaient en sortir intentionnellement. Mais comment faisaient-ils donc ? Cela me faisait penser aux malades mentaux des hôpitaux psychiatriques qui passaient par divers états de conscience sans pouvoir en sortir. Il était important de savoir quels mécanismes étaient utilisés par les orientaux. "⁠


L'intention du Dr Caycedo dans son voyage à travers l'Orient est de rapporter à l'hôpital de Barcelone une méthode efficace pour aider ses patients à retrouver un équilibre corps et esprit. Une rencontre lui fut cruciale :

"Âgé d'environ 70 ans, il en paraissait pourtant 25 tant il était agile physiquement." Ainsi parlait le Pr Caycedo de sa rencontre avec Swami Karunananda, le directeur de l'ashram de Sivananda, qui lui permit de prendre conscience de l'importance du sentiment du corps.

"Il pouvait effectuer des contorsions incroyables sans avoir l'air de faire le moindre effort. Le voyant chaque jour répéter ces exercices je lui demandai le motif de son insistance :

- Docteur Caycedo, je fais ces asanas depuis des années. Au début, après chaque exercice je sentais la présence de mon corps et cela me suffisait. Plus les années passent, plus je ressens le besoin de faire davantage d'exercices plus complexes pour continuer à sentir mon corps. C'est très important pour moi."


Alfonso Caycedo rencontre le Dalaï lama à Dharamsala en 1966, et avec lui le bouddhisme tibétain.

Sa Sainteté lui parle du "dhumo" tibétain, forme de yoga pratiqué au Tibet. Il découvre diverses formes de méditation et de contemplation : en dirigeant l’attention vers la respiration, un son, un objet de la nature ou un thème précis... Parmi ces formes de méditation c’est la méditation "dhyana" qui retient le plus son attention, dont la racine signifie unir, attacher, maintenir. Elle comprend trois étapes fondamentales que l'on retrouve en sophrologie : tout d’abord, la concentration, ensuite la méditation ou « support mental » de l’objet de la concentration et enfin la contemplation de ce même objet quand il se maintient sans effort mental.


" L'apport de la médecine orientale à la médecine occidentale fut formidable. Même si les médecins orientaux pratiquaient leurs techniques dans le cadre de leur univers mystique - que la sophrologie ne partage pas mais qu'elle respecte profondément - l'apprentissage de ces techniques (méditation en marche et assise, respiration, asanas...) allait permettre, en les adaptant à la médecine occidentale, une approche infiniment plus délicate de la conscience humaine ainsi que la possibilité de traiter les malades autrement."


Extraits tirés du livre de Natalia Caycedo "Le parcours hors du commun du créateur de la sophrologie"




7 vues

Contactez-moi

gaillienmarion@gmail.com

(+33) 06 85 19 50 04

BARCELONE

et en téléconsultation

Inscription à la newsletter

(en préparation)

© 2019 by Marion Gaillien. Proudly created with Wix.com

  • Facebook
  • Instagram